Cathédrale Notre-Dame de Paris

Bas-relief de la source d'eau vive

 

 

 

Cathedrale Notre Dame de Paris la source d'eau vive

 

 

 

Ce bas-relief fait le pendant du sacrifice d'Abraham, sur le contrefort opposé. Fulcanelli n'évoque pas leur lecture religieuse.

 

Moïse vient de frapper le rocher Horeb. Bible, Exode, 18 "L'Éternel dit à Moïse : Passe devant le peuple ... prends aussi dans ta main ta verge avec laquelle tu as frappé le fleuve (pour ouvrir la mer rouge), et marche !  Voici, je me tiendrai devant toi sur le rocher d'Horeb ; tu frapperas le rocher, et il en sortira de l'eau, et le peuple boira." C'est aussi sur le mont Horeb que Moïse scelle son alliance avec l'Eternel et qu'il enferme les Tables de la Loi dans l'Arche d'Alliance.

Ces deux bas-reliefs, Moïse et Abraham, encadrent le visiteur qui pénètre sous le porche central. Le feu à droite et l'eau à gauche forment le viatique du pélerin. Cette représentation classique se retrouve sur un des vitraux de l'église Saint Pierre de Chartres où un Christ en majesté est entouré du sacrifice d'Abraham à droite et de Moïse frappant le rocher Horeb à gauche.

 

Fulcanelli commente abondamment ce bas-relief du contrefort gauche (cliquer sur le lien pour lire le passage) :

" l’alchimiste découvrant la Fontaine mystérieuse que le Trévisan décrit dans la Parabole finale de son livre sur la Phylosophie naturelle de Métaux.

L’artiste a cheminé longtemps; il a erré par les voies fausses et les chemins douteux; mais sa joie éclate enfin ! Le ruisseau d’eau vive coule à ses pieds; il sourd, en bouillonnant, du vieux chêne creux. Notre Adepte a frappé le but...." (fin de citation)

L'alchimiste qui découvre cette fontaine occulte "a frappé le but". Quel but ? A-t-il enfin trouvé l'entrée véritable du labyrinthe hermétique, ayant frappé à mort le dragon qui garde l'entrée du jardin des Hespérides ? Fulcanelli le sous-entend en précisant que l'alchimiste pose son arc et ses flèches.

 

Dessin de Julien Champagne, illustrateur des Fulcanelli

Julien Champagne et la fontaine d'eau vive

 

 

Notre Dame L'arc et les flèches de l'alchimiste Notre Dame L'oiseau reste sur l'arbre

 

 

L'arc avec sa corde détendue ainsi que les trois flèches posées à terre indiquent que l'arme n'est plus utilisée. Au début de sa visite cet arc débandé et ces flèches posés à terre accueillent également le visiteur de l'hôtel Lallemant à Bourges, à quelques siècles d'intervalles.

Quelle pérennité dans ce symbole ! Signifie-t-il là aussi que l'on entre dans le Grand Oeuvre seulement une fois le premier combat passé, à Bourges comme à Notre Dame de Paris ?

 

Hotel Lallemant arc et fleche.jpg (91733 octets)

Cliquer sur la photo pour voir ce caisson de l'hôtel Lallemant à Bourges

 

L'oiseau posé sur la branche renseigne sur la volatilité de l'eau-vive, nous dit Fulcanelli.

Peut-on penser que l'alchimiste reste silencieux et ne bouge pas ? Le volatil n'est pas dérangé. Nicolas Flamel développe cette notion dans son commentaire du supposé livre d'Abraham le Juif.

L'homme s'appuye de la main gauche sur une longue canne, calant aussi sa tête dessus. Son avant-bras droit, disparu, semble se diriger vers le cou, où la main se pose. Cette posture décrit une immobilité, une attente. A l'issu de la mise à mort du dragon, faut-il attendre pour voir le jaillissement de la fontaine d'eau-vive ?

Quoi qu'il en soit ce bas-relief est l'objet de toutes les suppliques de la part des alchimistes à la recherche de l'entrée du labyrinthe. Découvrir la fontaine d'eau-vive est emblématique de la quête alchimique. Fulcanelli précise même : "les chercheurs; tous, ou presque, se sont brisés le front contre ce mur impénétrable". Il reprend là l'image du front brisé, le front de cet artiste que nous voyons ici, courbé, fatigué, appuyé sur le baton. Cependant pour lui l'énigme est enfin résolue.

Longtemps encore ce bas-relief écoutera les suppliques des chercheurs d'aujourd'hui et de demain, de tous ceux qui pérégrinent jusqu'à lui pour demander la levée du voile impénétrable. Si d'aventure vous voyez de loin un visiteur poser sa main sur ce bas-relief, assurément c'est un frère en Hermès.

 

cathedrale Notre Dame de Paris 1.jpg (7038 octets)

 

retour à la page précédente

retour à la page "Architecture"

retour à la page "Château des Avenières"

 

       retour à la page d'accueil "Rue de l'alchimie"

 

 

 

 

 

<>

phpMyVisites | Open source web analytics Statistics