Fulcanelli et l'hôtel Lallemant à Bourges

Caisson 11, la corne d'abondance et la poule

 

 

Hôtel Lallemant à Bourges, corne d'Amalthée

 

 

Fulcanelli décrit sobrement le caisson : "Ici, c'est la corne d'Amalthée, toute débordante de fleurs et de fruits, qui sert de perchoir à la géline ou perdrix, l'oiseau en question étant peu caractérisé ; mais, que l'emblème soit la poule noire ou la perdrix rouge, cela ne change rien à la significattion hermétique qu'il exprime."

Cette corne permet à la nymphe de donner du lait à Zeus enfant, dans sa grotte. Plus tard, Zeus l'offre à sa mère nourricière, dotée d'une vertu magique : la corne se remplit miraculeusement de fleurs et de fruits.

La poule, gallinacée, est famillière à l'homme rural. Vivant à son contact, partageant avec lui le sol en terre battue de sa demeure, elle lui fournit la viande de basse-cour. De nombreux proverbes se réfèrent à elle et à ses oeufs. Elle figure sur un des emblèmes de "l'Atalante fugitive"de Michel Maier. Source d'alimentation simple et régulière, notre gallinacée n'elle pas elle-même une corne d'Amalthée pour son possesseur ?

Par ailleurs, la figuration de la poule, parmi ces trente caissons emblématiques, au même titre que les trois caissons montrant des jeux d'enfants ; enfant urinant, enfant caracolant, enfant utilisant un tourniquet à noix, prouvent que le commanditaire de cette oeuvre puise dans le répertoire des scènes de la vie courante, loin de la haute noblesse. L'infortuné Jacques Coeur, soixante plus tôt ici-même à Bourges, puise dans le même répertoire, celui des gens simples. Il fait figurer sur une cheminée monumentale un tournoi de paysans chevauchant des ânes, pastichant ainsi par moquerie la noblesse d'armes, fermée à l'évolution de la société et à la nouvelle donne sociale et politique.

 

 

Retour à la page précédente