Fulcanelli et le château de Dampierre sur Boutonne, caisson des trois lunes ou de Diane de Poitiers

 

 

 

 

 

 

Diane de Poitiers ou les trois lunes entrecroisées

 

 

 

 

 

 

 

 

Fulcanelli commente le caisson (cliquer sur le lien) de Julien Champagne que vous voyez ci-dessous.

 

Champagne_3lunes.jpg (61171 octets)

 

Effectivement Diane de Poitiers (1500- Anet 1566) et son royal amant Henri II (1519, règne en 1547, Paris 1559), fils de François Ier, n'ont certainement jamais sejourné ici. Au delà du sens alchimique développé par Fulcanelli peut-on croire que l'auteur de ces caissons ainsi que le seigneur de ce château aient voulu rendre un hommage appuyé à ce couple illégitime, quitte à subir les foudres de la reine, Catherine de Médicis (Florence 1519 - Blois 1589) ? C'est peu probable.

Ces trois lunes entrecroisées ne forment pas un rébus graphique sur le nom de Diane de Poitiers. Elles sont pourtant sa signature qui se retrouve dans les lieux où elle vécu, comme le château de Chenonceau ou celui d'Anet.

Curieusement cette signature est proche de celle de Côme Ruggieri ( ? - Paris 1615), l'astrologue personnel de sa rivale, la reine de France Catherine de Médicis.

 

Chaumont_astrologue.jpg (32974 octets)

 

Cette signature graphique se trouve au château de Chaumont (Loir et Cher), sur le linteau de cheminée de la chambre de l'astrologue, Côme Ruggieri.

Ce personnage sulfureux rédige des almanachs à la façon de Nostradamus, son contemporain, fait de la prédiction astrologique pour Catherine de Médicis, pratique les épingles dans des statuettes de cire. Cependant il a une vision fausse de la politique en se compromettant avec François, duc d'Alençon, un des fils de François Ier, qui complote contre le pouvoir royal. Sa fin se termine en scandale, sa dépouille est traînée dans les rues de Paris. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à la page précédente

Laisser un message ?